Jamain Brigitha de la ménagère des Caraïbes

Lorsque vous demandez à la plupart des chefs pourquoi ils cuisinent, la réponse n’inclut pas la spiritualité. Mais Jamain Birgitha n'est pas la plupart des chefs. «Je suis appelée à cuisiner», explique-t-elle. «Je pense que je dois (19459003) nourrir les gens. Je peux entrer dans un espace où je ne cuisine pas; c'est quelque chose qui vient d’en haut. »

Jamain, né à Curaçao, une île des Caraïbes, a grandi aux Pays-Bas à partir de sept ans et cuisine depuis l’âge de 11 ans. «Beaucoup de gens pensent que cuisiner est une tâche, mais pour moi, c’est l’art», dit-elle. «Je fais ma nourriture avec amour, et je pense que c'est ce qui la rend spéciale. Les gens peuvent sentir cela quand ils viennent au bar à soupe. Jamain partage l'emplacement avec la gelateria Siciliansk Is. Ils négocient en utilisant l'espace de façon saisonnière; gelato au printemps et en été et une nourriture inspirée des Caraïbes et des latins en automne et en hiver. La Caribbean Housewife se concentre sur les recettes traditionnelles des Antilles et de l'Amérique du Sud, y compris les saveurs locales de Cuba, du Surinam et de la Jamaïque.

«Pour moi, le nom Caribbean Housewife représente une personne indépendante, libérée de l'esclavage et qui utilise ses compétences de son plein gré pour nourrir et guérir son peuple. C’est ce que j’ai l’intention de faire avec ma nourriture », raconte Jamain. Le mot «femme au foyer», dit-elle, a un sens particulier lorsqu'il est associé au titre complet «La femme au foyer des Caraïbes», explique Jamain. «Pour moi, la femme au foyer actuelle est une forme d'art. C'est une personne qui prend soin de sa famille, de ses amis et de sa communauté grâce à une alimentation saine et à des soins attentionnés. Les femmes au foyer et les femmes de ménage sont très nécessaires dans notre société actuelle, où les gens sont toujours pressés. »

Ouvert en 2016, The Caribbean Housewife est devenue une entreprise à la fois restaurant et traiteur. pendant les saisons où elle n'est pas dans la vitrine. Elle organise aussi occasionnellement des ateliers et des cours. En plus de servir de la nourriture, cet espace est toujours utilisé pour présenter des artistes féminins contemporains internationaux. «J’ai une formation en art et en curation», explique Jamain, «et c’est quelque chose qui est lié à tout ce que je fais». Elle est venue à Copenhague en 2012 pour son projet sur l’art dans les espaces publics. "Je viens juste de rester!" Rigole-t-elle.

Dieu merci, elle l'a fait, parce qu'autrement, où seraient les Copenhague? «Les Danois considèrent souvent la soupe comme quelque chose à manger quand on est malade et pas vraiment à l’heure. Mais les soupes que je fais sont satisfaisantes; c'est un repas complet à tout moment », dit-elle.

Bien sûr, Jamain ne fait pas que de la soupe, mais c’est la star de la série. Parmi les autres plats, citons sa lasagne maison adorée (elle se vend en une minute!) Et son chili sin carne, ainsi que des bouchées plus légères comme les empanadas et la salade de quinoa. Le menu change chaque semaine et il est possible de s’asseoir ou de commander. Jamain cuisine autant que possible avec des produits biologiques, et une grande partie de ce qu’elle fabrique est végétarienne ou végétalienne. Il existe des options sans gluten et sans lactose. «Je pense que tout le monde devrait pouvoir manger quelque chose de délicieux, quelles que soient ses restrictions», dit-elle, «plus écologique». Elle n’utilise jamais de produits à base de soja et tous ses contenants à emporter sont biodégradables.

Avec des plats peu connus au Danemark, existe-t-il des ingrédients difficiles à trouver? «Mangues!» S'exclame Jamin. «Il est pratiquement impossible de trouver de bonnes mangues au Danemark. Mais à part ça, pas vraiment! Le Danemark est devenu très doué pour importer de la nourriture et des ingrédients, ainsi que de très bons produits locaux. Je peux donc généralement trouver ce dont j'ai besoin. »

À l'automne, les journées se refroidissent. bol de soupe – peut-être une chaudrée de maïs au manioc ou une soupe aux arachides Suinamese avec du plantain. Ce n'est peut-être pas la même chose que de vivre dans les Caraïbes, mais cela vous transportera sûrement une seconde. «Avec mes soupes, je peux apporter le soleil», sourit Jamain.

La Housewife des Caraïbes rouvre le 5 octobre. Profitez d'un bol de soupe et gardez-le au chaud!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *