Artiste Spotlight: artiste danoise Rose Eken

L'artiste danoise Rose Eken vise à changer la façon dont nous percevons les objets du quotidien. Elle veut que nous ressentons l'importance de ces objets grâce à la modélisation en miniature. En juxtaposant des objets et en ramenant l'art de la nature morte, Rose crée des récits qui déclenchent l'imagination et la mémoire du public.

Diplômé du Collège royal d'art de Londres , Rose est aujourd'hui très éminente sur la scène artistique danoise. Bien qu'elle n'attribue pas une nationalité à son travail, la présence de cool scandinave est assez évidente partout. Son amour infini pour la musique rock traduit en art est quelque chose qui fascine les observateurs et nous rappelle que toutes les expressions de l'art sont liées l'une à l'autre.

Quand avez-vous commencé à travailler comme artiste?

J'ai grandi entouré par l'art. Ma mère enseigne l'opéra à chanter si naturellement qu'il y avait des musiciens et des artistes dans notre maison quand j'étais enfant. J'ai quitté l'école à 16 ans et j'ai commencé à travailler en tant que technicien de scène dans un théâtre et, en même temps, je fais du design d'éclairage pour les groupes sur la scène punk-rock de Copenhague. J'ai commencé à dessiner et à faire des cours d'art et j'ai fini par postuler au Collège d'art d'Édimbourg, où j'ai obtenu un baccalauréat. Après cela, j'ai complété une maîtrise au Royal College of Art à Londres; Je suis diplômé en 2003.

Les 16 et 17 siècles ont été une période de renaissance pour l'art de la nature morte. Quel genre est toujours la vie pour vous et comment cela s'applique-t-il à notre siècle?

J'ai toujours regardé et tiré l'inspiration des peintures de la nature morte. La nature morte porte sur la mise en scène des objets – objets banals tels que les aliments, les bouteilles, les livres, les animaux morts, les crânes – et en utilisant le symbolisme de ces derniers afin de raconter une histoire particulière. Ceci est au cœur de ma pratique: je reforme ou décalque des objets afin de créer un récit et de déclencher l'imagination et les souvenirs de mon public.

Vous pourriez dire que mon travail souligne notre volonté de donner un sens au monde qui nous entoure. La façon dont nous projetons nos histoires personnelles sur des objets et des lieux, et créons notre propre réalité subjective. Je travaille avec des flashs de mémoire, avec des humeurs et des états d'esprit, des fragments d'histoire individuelle et collective qui peuvent être assemblés dans une image de notre passé et ainsi indiquer aussi comment nous nous percevons.

Vous aimez utiliser tous les jours dans vos œuvres comme des cigarettes, des bouteilles et des instruments de musique. D'où viennent-ils?

La période pendant laquelle mon adolescent travaille comme technicien de scène a été, à plusieurs égards, informée de mon travail depuis. Il a inculqué cette fascination pour la notion d'espace; Avec les lieux et les théâtres et les histoires qu'ils racontent lorsqu'ils sont vides. Ces grands espaces sombres sont conçus pour un public. Lorsque vous travaillez là-bas pendant les heures de repos, c'est juste un grand espace noir (et habituellement malodorant) qui se déroule. Il attend le public. Attend ce qu'il faut se produire: l'arrivée des musiciens, le bourdonnement et le discours, le concert, l'extase, les succès et les échecs qui se produiront sur une nuit spécifique.

Cette idée du moment juste avant ou juste après quelque chose se produit, et cette suspension de l'espace me fascine et nourrit mon travail, tout comme les objets laissés dans les espaces.

Vous traduisez vos sentiments à propos de la musique rock et punk par l'art. Comment la musique vous inspire-t-elle?

La musique est une source inépuisable de mythes, de clichés, de contes. La musique est fondamentale pour nous façonner; Cela nous imprègne de nos années de formation et nous permet de comprendre qui nous sommes en tant que personnes. La musique s'unit et la musique nous divise. Nous avons tous eu un argument sur un groupe ou un autre, ou nous avons sauté en haut et en bas devant une scène criant nos coeurs avec 30 000 autres personnes!

Grâce à la transformation du monde tangible qui nous entoure, je vise à tirer parti de cette idée de souvenirs collectifs, sur des éléments et des symboles issus de notre histoire de la musique moderne partagée et de la culture populaire afin d'évoquer visuellement Une ambiance qui résonne avec le spectateur.

Vos peintures en orignal sont légèrement différentes de la langue artistique que vous utilisez généralement. Pouvez-vous nous en dire plus sur eux?

Je ne les considère pas comme différents, mais oui, les peintures en tinsel ou la peinture en verre inversé est une technique que j'ai rencontrée lorsque je vivais à New York il y a cinq ans . J'ai vu un spectacle au American Folk Art Museum appelé "Foiled" qui m'a inspiré; J'ai adopté la technique après cela. La peinture à l'érable est une technique utilisée par les femmes à la fin du 18ème siècle. Ils ont peint sur le dos d'un morceau de verre en laissant des zones libres sur lesquelles ils ont appliqué des feuilles d'ornement ou des paillettes, faisant les plus beaux motifs décoratifs et brillants. Cela a également créé plus de lumière dans leurs maisons éclairées par des bougies.

Donc, avec la peinture au tinsel, il faut peindre à l'envers, c'est-à-dire la couche extérieure d'abord. J'aime cet empêchement. Quelque chose est toujours hors de votre contrôle car vous ne pouvez pas voir exactement ce que vous faites avant de terminer et renverser les images. Cela permet des erreurs et libère le processus de fonctionnement. Le plus souvent, le résultat est meilleur lorsque vous n'essayez pas de contrôler tout.

Vous créez la réalité miniature à travers l'art; Comment avez-vous trouvé cette idée?

Depuis l'enfance, j'ai fait de petites choses en carton et en ruban adhésif. Je n'ai jamais eu une maison de poupée. Plutôt, ma chambre entière d'enfance était une installation gigantesque de choses miniatures que j'avais faites. J'ai ensuite commencé à utiliser la miniature dans ma pratique artistique – par exemple, j'ai travaillé avec des installations de diapositives et vidéo, mais pas de tournage du monde réel. Au lieu de cela, j'ai créé des modèles d'intérieur à petite échelle que j'ai photographiés et filmés et qui ont été projetés à grande échelle.

J'ai ensuite commencé à me concentrer sur les éléments individuels dans ces espaces – une seule guitare ou un kit de batterie, par exemple – en les traitant comme de petites sculptures à part entière. J'ai également fait plusieurs pièces où j'ai utilisé la répétition de la même chose ou du même type d'objet comme un moyen de rendre la miniature semblant monumentale.

Que pensez-vous de l'argile en tant que matériau artistique?

L'équilibre entre la création d'une illusion et la possibilité de l'effondrement me fascine en même temps. Clay est bon pour ça. Vous pouvez modéliser presque tout ce que vous voulez. C'est un matériau aussi polyvalent et très tactile. Il est dense et maladroit, et d'une façon ou d'une autre, il rappelle toujours une décoration de Noël inepte ou un objet semblable à un cendrier fabriqué à l'école. D'autre part, l'argile est également un matériau très raffiné: elle est fragile et poétique et peut être transformée en objets les plus minces ou devenir la plus fine Chine.

Pour respecter la référence musicale, vous pouvez dire que l'argile s'étend de la basse la plus profonde au plus haut niveau. J'aime beaucoup cela. Je tente toujours de défier l'argile en tant que matériau. Je vise à préserver ce dialogue entre ces deux emplacements opposés dans la pièce individuelle en étirant le matériau à sa limite, ce qui rend quelque chose de très large ou long et mince.

Pensez-vous que votre art est particulièrement danois ou scandinave? Pourquoi, ou pourquoi pas?

Non, je ne pense pas nécessairement que mon art est en particulier tout ce qui a trait à la nationalité – du moins ce n'est pas quelque chose que je poursuis – mais je ne peux peut-être pas l'éviter. J'ai vécu en dehors des Scandinaves pour une grande majorité de ma vie et je suis naturellement influencée par cela, mais évidemment, je suis également fortement influencée par l'éducation et le patrimoine culturel. Je suppose que quelqu'un d'autre devrait vraiment répondre à cette question. Il est difficile de dire de l'intérieur.

Que pensez-vous de la scène actuelle de l'art danois ou scandinave? Est-il inclusif ou difficile d'entrer?

Je pense que c'est beaucoup plus ouvert et dynamique maintenant que jamais. Lorsque j'ai terminé le collège en 2003, il était beaucoup plus fermé. Mais au cours de la dernière décennie, la scène artistique danoise a beaucoup changé; Est plus international et beaucoup plus ouvert et définitivement plus ambitieux.

Il y a beaucoup de choses intéressantes qui se déroulent, tant dans les musées et dans les scènes de galeries que dans les espaces sous terre ou dans les artistes. De nos jours, vous pouvez facilement voir des spectacles ou assister à des foires d'art à un niveau élevé.

Parlez-nous de vos dernières expositions:

En ce moment, je me présente dans quatre spectacles de groupes différents. Trois à Copenhague et un à Aarhus.
Le premier, «Engros», se trouve à l'ancien marché d'épicerie à Valby, à Copenhague. C'est un spectacle de sculpture in situ à grande échelle avec 60 artistes participants couvrant trois générations. Je montre une installation en céramique d'une arrière cuisine aménagée dans une ancienne armoire électrique avec un évier en céramique, des gants en caoutchouc et des produits de nettoyage Ajax. C'est jusqu'au 24 juin.

Le deuxième est "Beers 5 – 100 Kvinder på Kro (partie 3)" qui se trouve au CBG hors-espace à l'ancienne brasserie de Carlsberg. Ici, je montre une petite installation, aussi dans la céramique, une caisse de bière et un plateau avec des restes d'ouvrier ou de constructeur. C'est le 29 juin

Le troisième est le spectacle "Chevaux" à la galerie où je suis représenté, V1 Gallery à Copenhague. J'ai fait une grande installation avec des éléments de l'écurie, avec une selle, une bride, des bottes d'équitation, des fers à cheval, des carottes et des chevaux.

Enfin, j'ai une grande installation, "Tableau", montrée au Musée d'art AroS Aarhus dans le spectacle en cours "Aucun homme n'est une île – les versets sataniques", ouvert jusqu'en janvier 2017

Voir plus de travaux de Rose Eken.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *